Qu’est-ce
qu’un antihistaminique?

Qu’est-ce qu’un antihistaminique?

Qu’est-ce qu’un antihistaminique?

Avez-vous le rhume des foins ou un autre type d’allergie? Si c’est le cas, vous avez probablement entendu parler des antihistaminiques; en fait, vous en prenez peut-être déjà. Ces médicaments soulagent les personnes allergiques depuis plus de 75 ans. Les antihistaminiques peuvent soulager les symptômes d’allergies, qu’il s’agisse de reniflements, d’éternuements, de larmoiements ou de démangeaisons. Poursuivez votre lecture pour découvrir comment et pourquoi.

Avez-vous le rhume des foins ou un autre type d’allergie? Si c’est le cas, vous avez probablement entendu parler des antihistaminiques; en fait, vous en prenez peut-être déjà. Ces médicaments soulagent les personnes allergiques depuis plus de 75 ans. Les antihistaminiques peuvent soulager les symptômes d’allergies, qu’il s’agisse de reniflements, d’éternuements, de larmoiements ou de démangeaisons. Poursuivez votre lecture pour découvrir comment et pourquoi.

Comment fonctionnent les antihistaminiques?

Nous devons d’abord nous intéresser à l’histamine. L’histamine est l’un des produits chimiques libérés par votre corps lorsqu’il pense qu’il est attaqué.

Lorsque vous entrez en contact avec quelque chose que votre corps perçoit comme une menace, il envoie un signal aux mastocytes qui tapissent votre peau, les voies respiratoires (supérieures et inférieures) et l’intestin. Ces mastocytes libèrent ensuite de l’histamine.

Poursuivez votre lecture pour découvrir comment et pourquoi.

Comment fonctionnent les antihistaminiques?

Nous devons d’abord nous intéresser à l’histamine. L’histamine est l’un des produits chimiques libérés par votre corps lorsqu’il pense qu’il est attaqué.

Lorsque vous entrez en contact avec quelque chose que votre corps perçoit comme une menace, il envoie un signal aux mastocytes qui tapissent votre peau, les voies respiratoires (supérieures et inférieures) et l’intestin. Ces mastocytes libèrent ensuite de l’histamine.

L’histamine est un agent de la réponse inflammatoire au cours de laquelle divers fluides et globules blancs se rendent sur le site de l’attaque pour apporter leur aide. L’histamine incite le corps à produire davantage de mucus pour évacuer tout ce qui est indésirable. Elle provoque également des démangeaisons qui vous poussent à gratter les particules nocives sur votre peau. Toutes ces réactions sont destinées à expulser le plus rapidement possible tout intrus de votre corps.

Mais dans le cas d’une allergie, l’« intrus » est une substance qui est normalement tout à fait inoffensive. Votre système immunitaire trop intense identifie par erreur le pollen, les acariens de la poussière de maison, les squames d’animaux, que ce soit un déclencheur ou un autre, comme une menace. Il envoie un afflux d’histamine et vous présentez des symptômes d’allergie tels qu’une éruption cutanée, des éternuements, une toux, un écoulement nasal et des démangeaisons et larmoiements oculaires.

C’est là qu’intervient l’antihistaminique. Il bloque les effets de l’histamine. Le nom antihistaminique correspond à la description de la fonction du médicament.

L’histamine est un agent de la réponse inflammatoire au cours de laquelle divers fluides et globules blancs se rendent sur le site de l’attaque pour apporter leur aide. L’histamine incite le corps à produire davantage de mucus pour évacuer tout ce qui est indésirable. Elle provoque également des démangeaisons qui vous poussent à gratter les particules nocives sur votre peau. Toutes ces réactions sont destinées à expulser le plus rapidement possible tout intrus de votre corps.

Mais dans le cas d’une allergie, l’« intrus » est une substance qui est normalement tout à fait inoffensive. Votre système immunitaire trop intense identifie par erreur le pollen, les acariens de la poussière de maison, les squames d’animaux, que ce soit un déclencheur ou un autre, comme une menace. Il envoie un afflux d’histamine et vous présentez des symptômes d’allergie tels qu’une éruption cutanée, des éternuements, une toux, un écoulement nasal et des démangeaisons et larmoiements oculaires.

C’est là qu’intervient l’antihistaminique. Il bloque les effets de l’histamine. Le nom antihistaminique correspond à la description de la fonction du médicament.

Le nom antihistaminique correspond à la description de son travail : il bloque les effets de l’histamine. L’histamine est une substance chimique dans votre corps qui provoque des symptômes d’allergie désagréables.

Antihistaminiques : prévention ou guérison?

Les antihistaminiques sont parmi les médicaments les plus couramment utilisés pour traiter des affections allergiques, notamment :

  • les éternuements, l’écoulement ou la congestion nasale (rhinite allergique)
  • Démangeaisons et larmoiements oculaires(conjonctivite allergique)
  • Urticaire ou éruptions cutanées
  • Réactions allergiques aux aliments

Ils ne guérissent pas les allergies, mais pour de nombreuses personnes, les antihistaminiques peuvent rendre la vie avec une allergie moins pénible.

Les antihistaminiques peuvent fonctionner comme une mesure préventive à court terme, à prendre avant d’être exposé à des allergènes.

Si le pollen est votre déclencheur, vous pourriez être en mesure de prédire à quel moment les symptômes pourraient commencer en recourant aux prévisions polliniques ou à un calendrier pollinique. Vous pouvez demander à votre professionnel de la santé de prendre vos antihistaminiques quelques semaines avant la saison afin d’augmenter le taux d’antihistaminiques protecteurs dans votre sang.

Mais on sait bien que la vie n’est pas toujours aussi réglée et prévisible. Vous pouvez toutefois prendre des antihistaminiques après le début de la réaction. Ils calmeront vos symptômes d’allergie et bloqueront la libération d’une plus grande quantité d’histamine. N’oubliez pas que la plupart des antihistaminiques prennent environ une à deux heures à agir.

Que dois-je surveiller?

Vous connaissez peut-être mieux les antihistaminiques sous forme de comprimés à avaler. Mais saviez-vous qu’ils sont aussi offerts sous forme de comprimés solubles et sous forme liquide? Il existe aussi des vaporisateurs nasaux, des gouttes ophtalmiques et des crèmes. Et le même antihistaminique peut être offert sous plusieurs formes différentes. Vous avez peut-être entendu parler d’antihistaminiques sans somnolence. Qu’est-ce que c’est? Ne vous inquiétez pas, nous allons vous présenter les différents types d’antihistaminiques.

Les scientifiques développent de nouveaux antihistaminiques depuis qu’on les a découverts dans les années 1930. On tend aujourd’hui à les diviser en deux catégories : les antihistaminiques de première génération et les antihistaminiques de deuxième génération. Les nouveaux types d’antihistaminiques constituent désormais la méthode de traitement privilégiée pour la rhinite allergique et l’urticaire.

Certains antihistaminiques plus récents, comme la Rupatadine et la Bilastine, requièrent une ordonnance. Mais plusieurs d’entre eux sont en vente libre. On vous recommande donc de vous renseigner auprès de votre pharmacien à leur sujet.

Saviez-vous que...?

  • La première fois qu’une étude médicale a décrit les symptômes du rhume des foins, c’était en 1819, mais il a fallu attendre les années 1860 pour que la plupart des médecins l’appellent ainsi.
  • Au XIXesiècle, on conseillait comme remède aux personnes souffrant du rhume des foins de fumer du tabac, d’inhaler du chlorure d’ammonium ou même de consommer de l’opium.
  • La première substance ayant des propriétés antihistaminiques a été découverte en 1937 par le scientifique Daniel Bovet; il a reçu un prix Nobel pour cette découverte et d’autres travaux.
  • Le premier médicament antihistaminique a été lancé pour la consommation humaine en 1942.
  • En 1947, un patient allergique a découvert par hasard un heureux effet secondaire : les antihistaminiques peuvent aider à enrayer le mal des transports.
  • Depuis lors, certains antihistaminiques ont aussi contribué à soulager les problèmes d’estomac, l’anxiété et l’insomnie. 

Antihistaminiques de première génération

Les plus anciens antihistaminiques, ceux de première génération, peuvent provoquer une sensation de somnolence. Ils portent généralement des étiquettes mettant en garde contre la conduite automobile ou l’utilisation de machinerie lourde après les avoir pris. Certaines personnes pourraient préférer ce type d’antihistaminique si le rhume des foins les empêche de bien dormir.

Les antihistaminiques de première génération comprennent les produits suivants :

  • Diphénhydramine
  • Chlorphénamine
  • Hydroxyzine

Antihistaminiques de deuxième génération

Les antihistaminiques de nouvelle génération sont moins susceptibles de vous rendre somnolent s’ils sont pris pendant la journée. C’est en partie pourquoi ils constituent maintenant le traitement privilégié contre la rhinite allergique et l’urticaire. Vous verrez souvent qu’ils portent la mention « sans somnolence ».

Les antihistaminiques de deuxième génération comprennent les produits suivants :

  • Cétirizine
  • Desloratidine
  • Fexofénadine
  • Levocétérizine
  • Loratadine
  • Rupatadine
  • Bilastine

Les antihistaminiques font tous essentiellement la même chose, mais ne sont pas nécessairement aussi efficaces pour tous les symptômes ou toutes les personnes souffrant d’allergie. Vous pourriez trouver qu’un antihistaminique particulier ou une façon de le prendre est plus efficace pour vous. De la même manière, ils ne conviennent pas tous à tout le monde. 

Polythérapie

Les antihistaminiques ne sont pas les seuls à avoir beaucoup évolué depuis leur découverte. Il en va de même pour la façon dont nous les utilisons. Les gens combinent souvent ces médicaments avec d’autres. En fait, des recherches ont montré que, pour certaines personnes, la « polythérapie », comme on l’appelle, pourrait être la meilleure solution pour traiter les symptômes du rhume des foins.

Par exemple, il est possible d’utiliser un corticostéroïde et un antihistaminique en vaporisateur nasal sous une forme combinée. Il arrive aussi qu’on utilise des décongestionnants avec des antihistaminiques. Mais ils ne doivent être pris que sur de courtes périodes; par exemple, pas plus de trois jours d’affilée dans le cas des vaporisateurs nasaux décongestionnants. Leur rôle est de combattre la congestion nasale en réduisant les vaisseaux sanguins gonflés dans les sinus, tandis que les antihistaminiques traitent les démangeaisons et les éternuements.

Corticosteroid nasal spray

Que sont les corticostéroïdes?

Polythérapie

Les antihistaminiques ne sont pas les seuls à avoir beaucoup évolué depuis leur découverte. Il en va de même pour la façon dont nous les utilisons. Les gens combinent souvent ces médicaments avec d’autres. En fait, des recherches ont montré que, pour certaines personnes, la « polythérapie », comme on l’appelle, pourrait être la meilleure solution pour traiter les symptômes du rhume des foins.

For instance, it’s possible to use a corticosteroid and an antihistamine nasal spray in a combined form. Decongestants are also used alongside antihistamines. But they should only be taken for short periods; for example, no more than 3 days in a row for decongestant nasal sprays. Their job is to tackle stuffy noses by shrinking swollen blood vessels in your sinuses, while antihistamines deal with the itchiness and sneezing.

Combination products already contain antihistamine so be careful not to exceed the total recommended dose if you’re using a separate antihistamine at the same time. You can ask your health care provider or pharmacist for advice on the specific products you’re taking.

Par exemple, il est possible d’utiliser un corticostéroïde et un antihistaminique en vaporisateur nasal sous une forme combinée. Il arrive aussi qu’on utilise des décongestionnants avec des antihistaminiques. Mais ils ne doivent être pris que sur de courtes périodes; par exemple, pas plus de trois jours d’affilée dans le cas des vaporisateurs nasaux décongestionnants. Leur rôle est de combattre la congestion nasale en réduisant les vaisseaux sanguins gonflés dans les sinus, tandis que les antihistaminiques traitent les démangeaisons et les éternuements.

Corticosteroid nasal spray

Que sont les corticostéroïdes?

Par exemple, il est possible d’utiliser un corticostéroïde et un antihistaminique en vaporisateur nasal sous une forme combinée. Il arrive aussi qu’on utilise des décongestionnants avec des antihistaminiques. Mais ils ne doivent être pris que sur de courtes périodes; par exemple, pas plus de trois jours d’affilée dans le cas des vaporisateurs nasaux décongestionnants. Leur rôle est de combattre la congestion nasale en réduisant les vaisseaux sanguins gonflés dans les sinus, tandis que les antihistaminiques traitent les démangeaisons et les éternuements.

Les produits combinés contiennent déjà des antihistaminiques, alors veillez à ne pas dépasser la dose totale recommandée si vous utilisez un antihistaminique distinct en même temps. Vous pouvez demander conseil à votre professionnel de la santé ou à votre pharmacien au sujet des produits que vous prenez.

Les enfants peuvent-ils prendre des antihistaminiques?

Il existe des antihistaminiques pour les enfants de plus d’un an. Certains types sont disponibles en vente libre. Mais il est préférable de demander d’abord l’avis de votre professionnel de la santé sur la solution la plus adaptée à votre enfant. Et ayez l’œil bien ouvert pour vous assurer qu’il n’y a pas d’effets secondaires indésirables.

Quels sont les effets secondaires des antihistaminiques?

Comme tout médicament, les antihistaminiques peuvent entraîner des effets secondaires. Comme tout médicament, ils sont accompagnés d’un feuillet d’information. Assurez-vous de le lire avant de vous attaquer à vos symptômes d’allergie. Les effets secondaires des antihistaminiques sont différents selon qu’ils sont des produits de première ou de deuxième génération.

Les effets secondaires des antihistaminiques plus anciens, ceux de première génération, pourraient être :

  • Somnolence, manque de coordination et réduction de la vitesse de réaction et du jugement. D’où le risque de conduire un véhicule ou d’utiliser de la machinerie lourde lorsqu’on prend ces médicaments.
  • Bouche sèche
  • Vision floue
  • Difficulté à uriner

Les effets secondaires des antihistaminiques de deuxième génération pourraient être :

  • Maux de tête
  • Bouche sèche
  • Nausées
  • Somnolence, mais il est beaucoup moins fréquent que ces nouveaux antihistaminiques vous fassent dormir.
A person wearing a gas mask to avoid triggering hay fever symptoms

Vous avez des symptômes du rhume
des foins?

Soyez prudent et soyez raisonnable lorsque vous prenez des antihistaminiques avec d’autres médicaments.

Si vous prenez déjà d’autres médicaments et envisagez d’utiliser des antihistaminiques, parlez-en toujours à votre professionnel de la santé ou à votre pharmacien. Les antihistaminiques peuvent interférer avec la façon dont les autres médicaments agissent, et vice versa. Vous trouverez tous ces détails sur le feuillet d’information qui accompagne l’antihistaminique.

Règle générale, il n’est pas recommandé de boire de l’alcool, surtout si vous prenez un type d’antihistaminique plus ancien.

Règle générale, il n’est pas recommandé de boire de l’alcool, surtout si vous prenez un type d’antihistaminique plus ancien.

Il existe également un risque de doubler involontairement votre dose en utilisant en même temps un autre médicament contenant déjà un antihistaminique. Nous avons déjà parlé des décongestionnants ci-dessus.

A person wearing a gas mask to avoid triggering hay fever symptoms

Vous avez des symptômes du rhume
des foins?

Soyez prudent et soyez raisonnable lorsque vous prenez des antihistaminiques avec d’autres médicaments.

Si vous prenez déjà d’autres médicaments et envisagez d’utiliser des antihistaminiques, parlez-en toujours à votre professionnel de la santé ou à votre pharmacien. Les antihistaminiques peuvent interférer avec la façon dont les autres médicaments agissent, et vice versa.

As a rule, it’s not a good idea to drink alcohol, especially if you’re taking the older type of antihistamine.

There is also a risk of unintentionally doubling up on your dosage by using another medicine containing antihistamine at the same time. We’ve already talked about decongestants above.

How to take antihistamines

Interactions with other drugs are not the only reason to read the information leaflet in your antihistamine packet. How you use these medicines varies from type to type:

Vous trouverez tous ces détails sur le feuillet d’information qui accompagne l’antihistaminique.

Règle générale, il n’est pas recommandé de boire de l’alcool, surtout si vous prenez un type d’antihistaminique plus ancien.

Il existe également un risque de doubler involontairement votre dose en utilisant en même temps un autre médicament contenant déjà un antihistaminique. Nous avons déjà parlé des décongestionnants ci-dessus.

Comment prendre des antihistaminiques

Les interactions avec d’autres médicaments ne sont pas la seule raison de lire le feuillet d’information qui se trouve dans votre emballage d’antihistaminiques. La façon dont vous utilisez ces médicaments varie d’un type d’antihistaminique à l’autre :

  • S’il s’agit d’un antihistaminique oral, doit-il être pris avec de l’eau ou de la nourriture?
  • Comment utiliser les gouttes ophtalmiques ou les vaporisateurs nasaux pour qu’ils fassent leur travail correctement?
  • Quelle est la dose appropriée? Cela peut dépendre de facteurs tels que votre âge et votre poids.
  • Combien de fois par jour pouvez-vous prendre cet antihistaminique particulier et à quel moment?
  • Pendant combien de temps pouvez-vous l’utiliser? Certains ne sont recommandés que pour une durée de quelques jours.

Comment prendre des antihistaminiques

Les interactions avec d’autres médicaments ne sont pas la seule raison de lire le feuillet d’information qui se trouve dans votre emballage d’antihistaminiques. La façon dont vous utilisez ces médicaments varie d’un type d’antihistaminique à l’autre :

  • S’il s’agit d’un antihistaminique oral, doit-il être pris avec de l’eau ou de la nourriture?
  • Comment utiliser les gouttes ophtalmiques ou les vaporisateurs nasaux pour qu’ils fassent leur travail correctement?
  • Quelle est la dose appropriée? Cela peut dépendre de facteurs tels que votre âge et votre poids.
  • Combien de fois par jour pouvez-vous prendre cet antihistaminique particulier et à quel moment?
  • Pendant combien de temps pouvez-vous l’utiliser? Certains ne sont recommandés que pour une durée de quelques jours.

Les antihistaminiques et la vraie vie

Vous vous demandez peut-être : « Quel est le meilleur médicament contre mon rhume des foins? » Il n’existe pas de réponse définitive : Ce qui convient à une personne peut ne pas convenir à une autre. Votre professionnel de la santé ou votre pharmacien sera en mesure de vous aider en cas de doute.

Pour de nombreuses personnes, les antihistaminiques peuvent être un bon point de départ. Et vous pouvez les aider à vous aider en gérant votre exposition à vos déclencheurs. Par exemple, si vous souffrez de rhume des foins, il est judicieux de consulter les prévisions polliniques de manière à ce que vous puissiez planifier votre temps passé à l’extérieur lorsque les niveaux sont au plus bas. Notre application contre les allergies vous permet également de savoir quand vous avez pris vos médicaments contre les allergies, d’enregistrer vos symptômes et bien plus encore.

Que faire si les médicaments ordinaires contre les allergies ne suffisent pas?

Il peut arriver que les antihistaminiques et les autres médicaments pour soulager les allergies ne puissent pas contrôler les symptômes d’allergie. Dans de tels cas, votre professionnel de la santé pourrait discuter de l’immunothérapie allergénique avec vous. Ce traitement s’attaque à la cause sous-jacente de votre allergie.

De minuscules doses répétées d’un allergène, soit sous forme d’injections ou de comprimés sous la langue, désensibilisent votre système immunitaire. Votre corps s’habitue à ce déclencheur et apprend à temps à ne pas réagir. Vous devriez éprouver moins de symptômes et avoir besoin de moins de médicaments contre les allergies.

Vérificateur de contrôle des allergies

Dans quelle mesure estimez-vous que vos symptômes soient bien maîtrisés? Répondez à ce bref questionnaire pour le découvrir.

Young woman holding a small dog that might be causing her allergy symptoms

Vérificateur de contrôle des allergies

Dans quelle mesure estimez-vous que vos symptômes soient bien maîtrisés? Répondez à ce bref questionnaire pour le découvrir.

Young woman holding a small dog that might be causing her allergy symptoms

Partagez votre histoire

Avez-vous des questions sur les antihistaminiques et le rhume des foins ou sur les allergies en général? Nous serions heureux de vous aider. Nous aimerions avoir de vos nouvelles si vous avez des conseils que vous aimeriez partager. Envoyez-nous un courriel ou rendez-vous sur notre page Facebook et racontez-nous votre histoire.